Etre nanti

Chronique 48 du vendredi 21 septembre 2018

Etre nanti

(ou je suis un homme comblé)

Parc Martin Luther King en septembre 1
Définition

D’après le Larousse, ‘nanti’ est un nom commun un peu péjoratif qui désigne une personne riche qui possède tout ce qu’il est possible de posséder. C’est

un terme contemporain. Une personne très riche ne se qualifiera pas de nantie. Elle pourra admettre qu’elle est riche avec cependant des réserves car quand on est riche on ne l’est jamais assez. Par contre les gens modestes qui ont affaire à elle en diront que

Parc Martin Luther King en septembre 2

c’est une nantie dans une sorte de plainte, avec à la fois de l’admiration, de l’envie et du mépris pour se consoler de n’être que ce qu’ils sont.

Relativité

Cependant la notion de nanti est toute relative. Ainsi moi, PéPé, qui ne suis pas riche je peux être déclaré nanti par des gens pauvres qui tirent le diable par la queue et ne possèdent que le strict minimum sans jamais pouvoir accéder aux biens qui font le plaisir de vivre dans notre société de consommation. Si j’étais

Parc Martin Luther King en septembre 3

de tempérament jaloux je pourrais me plaindre et envier les gens vraiment riches en les traitant de nantis en me sentant exclu de leur mode de vie. Si je critique les dominants par la richesse, ce n’est pas à cause de ce qu’ils ont mais à cause de ce qu’ils font : confisquer à leur profit exclusif une partie du fruit du travail des dominés pour augmenter leur fortune sans autre nécessité que la volonté de posséder plus. Dans la

Parc Martin Luther King en septembre 4

pyramide sociale toute personne, en fonction de son tempérament, peut considérer celle qui est mieux lotie sur le plan matériel comme faisant partie des nantis et s’en sentir exclue.

Nanti, privilégié, comblé

J’appartiens à ce qu’il est convenu de nommer la classe moyenne. J’accepte volontiers d’être traité de nanti par les gens moins bien pourvus que moi sur le plan matériel et de faire partie de la classe des nantis aussi diverse que variée.

En plus je me considère comme un privilégié sur cette terre :
– je suis né en France dans un pays démocratique où l’on peut dire ce qu’on veut sans être inquiété,

Parc Martin Luther King en septembre 5

– dans un climat tempéré,
– dans une période stable, calme, sans guerre, sans famine, et sans disette,
– j’ai profité pleinement de son essor économique et des progrès de toutes sortes en particulier de la médecine,
– poussé par ma mère, j’ai fait de bonnes études à une époque où c’était un privilège,
– j’ai exercé avec plaisir une profession qui était bien considérée et relativement bien rémunérée,
– adulte, j’ai toujours été à l’abri du besoin,
– j’ai participé à la guerre d’Algérie comme officier dans une arme qui roulait paisiblement,
– je possède tout ce que l’industrie m’offre pour me faciliter la vie, me distraire et communiquer : voiture, radio, télé, ordi.
– je vis dans un appartement qui m’appartient à Paris,
– je profite depuis presque soixante ans d’une maison à la campagne avec un jardin que je cultive qui me rapporte de bons légumes et fruits sains, dans lequel volent et chantent des petits oiseaux que j’observe et que je soigne,
– je touche une retraite qui ajoutée à celle de ma

Parc Martin Luther King en septembre 6

femme me permet de vivre convenablement, sans esbroufe,
– je sais me contenter de ce que j’ai,
– je ne suis ni envieux ni jaloux,
– Je ne vis pas dans un palace, je ne possède ni avion ni yacht, mais comme cela ne me manque pas, j’autorise qui le désire de dire que je suis un nanti.

Je me laisse vivre. Par rapport aux millions et peut-être aux milliards de gens à travers le monde qui n’ont rien et qui souffrent, je suis un privilégié. Je vis en petit bourgeois et ça ne me dérangerait pas que tout le monde vive comme moi !

Je n’essaie pas de changer les choses car je ne me fais guère d’illusion sur mon pouvoir de modifier le comportement des dominants. Je reste tranquille devant l’injustice.

Et ce n’est pas tout :
– j’ai une femme qui m’aime,
– ma famille répond à mes attentes,
– mon entourage aussi,

Parc Martin Luther King en septembre 7

– je pense avoir réussi ma vie.

Je suis un homme comblé.

Critique

D’un autre côté on peut dire, que je ne participe pas activement à la marche du monde, que je me contente de consommer, que je n’invente rien, que je ne fais pas d’innovation, en un mot que je suis un parasite.

A cela je peux rétorquer que ma retraite est un avantage social que les travailleurs occidentaux ont acquis par leurs luttes Elle couronne une vie de labeur puisqu’il n’entre pas dans nos traditions de tuer les vieux.

Mais notre président, droit dans ses bottes et fier comme Artaban, pense tout bas et dit tout haut que les gens comme moi sont insignifiants et ne méritent pas le pain qu’on leur donne. Il ne les traite pas

Parc Martin Luther King en septembre 8

d’imbécile. Il a tort.

Car je me considère comme un imbécile, un imbécile heureux, et j’en suis fier !

Prochaine chronique le vendredi 5 octobre 2018

 

 

 

 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *